Droit de réponse

Suite à l’article sur notre librairie paru dans le supplément Télé du Nouvel Observateur de la semaine du 9 avril 2011, j’ai souhaité rectifier certains propos qui ont été mal retranscrits ou avec lesquels j’étais en désaccord.

Vous pouvez lire ci-dessous la réponse que j’ai adressé au magazine.

Je suis libraire dans le 10ème arrondissement de Paris – la librairie L’île lettrée – laquelle connaît depuis quelques années des hauts et des bas en raison des travaux d’aménagements urbains entrepris par la Mairie de Paris. La rédaction du Nouvel Observateur, par le biais du supplément Paris Obs, a accepté de nous apporter un soutien en relatant les déboires financiers causés par lesdits travaux. Cette aide spontanée a enchanté mon équipe et moi-même et nous vous en remercions chaleureusement.

Dans votre édition du TéléObs Paris du 7 avril 2011, vous évoquez donc, sous la plume de Katia Pecnik, la situation très précaire de notre entreprise. Or, malheureusement, l’article comporte une erreur telle qu’elle m’impose de vous demander un droit de rectification sous peine de voir notre activité déjà mal en point subir d’irréparables préjudices.

Aussi, voici le rectificatif que nous aimerions voir publié dans vos pages :

L’article « Librairie de part en part » de votre édition du 7 avril 2011 relatif aux difficultés financières de la librairie L’île lettrée m’attribue à tort les propos suivants : « Mais je dois d’abord réduire ma dette de moitié. Ce n’est pas gagné, les éditeurs ne m’aident pas ! ». C’est inexact. Les relations que nous entretenons avec les éditeurs n’appellent en aucun cas une quelconque aide de leur part. La négociation du passif se fait en effet avec les distributeurs et non les éditeurs, lesquels, au demeurant, m’ont souvent manifesté leur confiance. Samia Benramdane – Librairie L’île Lettrée – 99 bd de Magenta[1] – Paris 10

L’interview a eu lieu en urgence et par téléphone, ce qui explique très certainement que mes propos n’aient pu avoir une attention optimale. Mais il est très important pour la suite de notre activité qu’il soit tenu compte de ma demande.

Je vous remercie infiniment de l’intérêt que vous portez à ma requête.

La responsable de la librairie

Samia Benramdane


[1] La légende de la photo parue avec l’article comporte une erreur : c’est 99 bd de Magenta et non 89…



Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s